De la main gauche
(Danielle Messia)


Je técr[Em]is de la main gauche celle qui n[G] a jamais parl[Bm]ée
Elle hés[C]ite, elle est si gau[Em]che que je l[C]ai toujours cach[D]ée
Je la m[Em]ettais dans ma poche et la el[G]le broyait du n[Bm]oir,
Elle jou[C]ait avec les cro[Em]ches et sinv[C]entait d[D]es hist[C]oires


Je técr[Em]is de la main gauche, celle qui n[G] a jamais compt[Bm]ée
Cest celle qu[C]i faisait les f[Em]autes, du moins, [C]on la racon[D]té
Je meff[Em]orçais de la perdre pour trou[G]ver le droit chem[Bm]in,
Dune v[C]ie sans grand myst[Em]ère où lon ne[C] se donne p[D]as la m[C]ain.

Des mots d[G]ans la marge étroite, tout tremblant, qui font des dess[D]ins,
Je me s[C]ens si maladr[Em]oite et pourt[C]ant, je me sens b[Bm]ien.
Tiens voi[G]là, cest ma détresse, tiens voilà, cest la véri[D]té
Je nai ja[C]mais eu dadr[Em]esse, rien, quune f[C]ausse id[D]enti[C]té.

Je técr[Em]is de la main bête, celle qui n[G] a pas le poing serr[Bm]é,
Pour la gu[C]erre elle nest pas pr[Em]ête, pour le p[C]ouvoir nest pas dou[D]ée.
Voilà qu[Em]e je la découvre comme un tré[G]sor oubli[Bm]é
Une vu[C]e que je rec[Em]ouvre pour les sen[C]tiers é[D]gar[C]és.

On prend t[G]ous la ligne droite, cest plus court, ah  oui ! cest plus c[D]ourt,
On ne voit p[C]as quelle est étr[Em]oite, quil ny a pl[C]us de place pour lam[Bm]our.
Je voul[G]ais dire que je taime sans espoir et sans regr[D]et.
Je voul[C]ais dire que je t[Em]aime, taime, p[C]arce que ça s[D]onne vr[C]ai.
 
 

Retour au menu